Mouvements sociaux dans le contexte de conflits armés : causes et effets de la défense des droits humains (1980-2012)

Show simple item record

dc.contributor.author Celis, Leila
dc.date.accessioned 2013-04-22T14:41:28Z
dc.date.available 2013-04-22T14:41:28Z
dc.date.copyright 2013
dc.date.issued 2013
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/10625/50977
dc.identifier.uri http://www.ruor.uottawa.ca/en/bitstream/handle/10393/23961/Celis_Leila_2013_thesis.pdf?sequence=1
dc.description.abstract La place de plus en plus prépondérante qui occupe la défense des droits humains dans les organisations paysannes en Colombie est sans doute une transformation très importante. La présente recherche analyse les dynamiques qui ont amenées les organisations paysannes à s’engager dans cette voie et étudie les conséquences qui en découlent. Deux dynamiques ont retenu notre attention dans le but de comprendre pourquoi la défense des droits humains devient si importante au sein des organisations paysannes depuis le milieu des années 1980. D’un côté, la recrudescence de la répression et, d’un autre côté, la reconnaissance croissante des droits. En effet, à partir des années 1980, les relations sociales d’appropriation et de domination se caractérisent par le contrôle paramilitaire imposé à sang et feu; alors que sous l’auspice international une série des politiques néolibérales favorables au discours des droits sont mises de l’avant. Pour les organisations paysannes, ces deux dynamiques paradoxales se transforment en opportunité politique propice au déclenchement de mobilisations et d’organisation. Cette opportunité politique s’articule autour de la défense des droits humains. Pour les organisations paysannes, la défense des droits humains entraîne des effets paradoxaux qui vont de la radicalisation à l’institutionnalisation, tout en reléguant d’autres revendications parce que moins urgentes que la défense de la vie. Par ses caractéristiques, la dynamique de la lutte paysanne depuis les années 1990 correspondent à une lutte de résistance. La résistance, qui est initialement pour la défense de la vie, prend des routes différentes selon les communautés parviennent à rester sur le territoire ou contrairement sont obligées au déplacement. Les communautés qui restent sur le territoire, lient la défense des droits humains à la défense du territoire et ce faisant imprègnent la défense des droits d’une interprétation nouvelle axée sur la justice sociale et judiciaire. Les communautés déplacées et leurs organisations, doublement fragilisées, sont cantonnées à une dynamique défensive qui est très peu en continuité avec les luttes pour la terre et pour la construction d’une économie paysanne qu’elles menaient avant la recrudescence de la répression et la consécutive défense des droits humains. fr
dc.format Texte fr
dc.format.extent 1 fichier numérique (253 p. : ill.) fr
dc.format.mimetype Application/pdf
dc.language.iso fr
dc.publisher École d'études politiques, Université d'Ottawa en
dc.subject VIOLENCE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE fr
dc.subject DEMOCRATIE DE BASSE INTENSITE fr
dc.subject DEFENSE DES DROITS HUMAINS fr
dc.subject OPPORTUNITES POLITIQUES fr
dc.subject MOUVEMENT PAYSAN fr
dc.subject RESISTANCE CIVILE fr
dc.title Mouvements sociaux dans le contexte de conflits armés : causes et effets de la défense des droits humains (1980-2012) fr
dc.type Thesis en
idrc.project.number 106690
idrc.project.componentnumber 106690015
idrc.project.title Bourses du CRDI 2011-2012 fr
idrc.copyright.holder Leila Celis
idrc.dspace.access IDRC Only en
idrc.rims.adhocgroup IDRC SUPPORTED en
dc.description.degree Doctor of Philosophy
dc.contributor.department Faculté de sciences sociales, Université d'Ottawa


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record